DES CLÉS POUR LE VIN EN GD.

Une sélection habile.

Lancé en test depuis un an, le nouveau concept de distribution vins chez Monop’ (enseigne de proximité de Monoprix) va s’étendre un peu plus dans une dizaines de magasins parisiens.

Après avoir été innovante (création des foires vins, cave spécifique, soirée privée, mise en avant, dégustation, ouverture aux vins étrangers, etc.) , la grande distribution  ne proposait plus grand chose depuis très longtemps. Le consommateur ne s’y trompait pas (les ventes en GD ont chuté de plus de 22% en dix ans juste avant la pandémie de Covid), préférant des circuits plus directs, modernes et humains ou le digital.

Piloté par le site de vente en ligne Le Petit Ballon (aidé de Marc Bouzik, consultant expert “retail”), le rayon vins des Monop’ présente enfin un visage à même de répondre aux attentes de tous les types de consommateurs.

D’abord, les sélectionneurs ont taillé dans un assortiment trop larges et illisibles dans de si petites surfaces, se rapprochant d’une offre caviste (50 à 75 références maximum) ; ensuite ils ont délaissés les linéaires statiques, par couleurs et / ou origines pour se concentrer sur le moment de consommation et l’éducation au vin. Enfin ! Leur approche très influencé par internet, ses moteurs de recherche, algorithmes et autres critères de choix.

Découvrez ici le diaporama mis en ligne par le magazine Rayon Boissons.

Un choix très lisible.

Innover n’est pas forcément inventer. Ici, on retrouve des principes simples qui donnent au rayon une facilité d’accès et de choix, comme autant d’évidences :

-une grille de lecture à deux entrées : en haut des gondoles, on peut lire des profils de goûts (comme chez les distributeurs britanniques) ; vif, délicat, généreux pour les blancs ou robuste, charnu, canaille et tendre pour les rouges. Sous ces qualificatifs, les vignobles sont mentionnés ; si leur rattachement est subjectif, il a le mérite de donner une identité forte aux choix de l’enseigne auxquels le consommateur peut adhérer.

Sur les côtés, 4 critères sont présentés, liés au moment (à l’apéro, à table) , au bio et aux « prix doux ».

En croisant ces deux entrées, le consommateur ne trouvent que 5 ou 6 références pour limiter et conduire son choix final.

-en bout de rayon, une tablette donne accès à d’autres types de choix selon trois situations :
Vous savez quel vin vous cherchez et vous voulez savoir où il se trouve dans le rayon”.
Vous savez ce que vous allez manger et vous cherchez un vin pour accompagner ce plat”.
Vous n’avez pas d’idée de ce que vous allez manger ou ce dont vous avez envie”.

Une seule bouteille est alors proposée (avec son emplacement).

-les vins rosés sont dans une vitrine réfrigérée pour inciter à un achat tardif.

-l’ensemble des bulles suivent leur propre orientation de choix.

Promesse tenue.

Rois de la comm’, Le Petit Ballon affirmait : “Vous vous êtes déjà retrouvé devant le rayon vin d’un supermarché ? C’est souvent une galère monumentale et on se retrouve à prendre une bouteille ni trop cher ni trop cheap.
Au Petit Ballon, vous le savez, on vous aide toujours à choisir le vin selon votre goût et votre besoin. Fini les présentations par régions et autres appellations incompréhensibles.”

Si cette offre ne peut que provoquer des réactions tranchées, elle donne ce qu’elle promettait et ouvre, espérons-le, une nouvelle phase de relance de la distribution de masse.

.

                 

https://fr.linkedin.com/in/fabrice-chaudier-1ab68048
https://www.instagram.com/fabricechaudier/?hl=fr
https://www.facebook.com/people/Fabrice-Chaudier/1221544866
https://fabricechaudier.fr/contact/

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?