ÉCOUTER LES PROFESSIONNELS

Voici un mail reçu d’un des plus importants acheteurs de la distribution en Europe (il travaille dans un pays lui-même producteur et répond favorablement à une demande de rendez-vous d’un vigneron dans le même message).

« Je pense que Bordeaux a négligé de nombreux pays traditionnels car il était plus facile de gagner de l’argent en Asie.
L’Australie est en train de la même chose.

Revenir est compliqué car les gens ont trouvé des solutions de rechange. En outre, il n’est pas agréable de ne pas être pris au sérieux, tout simplement parce qu’en Asie c’est plus facile ; les partenaires de longue date ne semblent plus pertinents.

Bordeaux est juste ennuyeux pour la plupart des consommateurs. Et la renommée des “marques” les plus connues rend la perception générale des (vins) trop chère. Même si ce n’est pas vrai du tout.

Vous devez considérer que notre pays devient de plus en plus un pays producteur “normal”. Ce qui signifie que dans les restaurants, environ 90% des vins proviennent de chez nous (et sur les 10% restants, 5% sont des entrées de gamme).

Vous (Bordeaux, la France) devez attirer l’intérêt des sommeliers, des acheteurs et consommateurs de vin pour à nouveau faire ce qu’il faut ici. »

Des besoins sans réponse

Il reste que cet acheteur a bien accepter de recevoir un nouveau fournisseur de vin français… qu’il exprime donc des attentes fortes, exigeantes. Malheureusement, il ne reçoit que trop peu de propositions en phase et continue à regretter à la fois le manque de présence dans son pays et l’absence d’action coordonnées au niveau collectif.

                 

https://fr.linkedin.com/in/fabrice-chaudier-1ab68048
https://twitter.com/fabricechaudier
https://www.facebook.com/people/Fabrice-Chaudier/1221544866
https://fabricechaudier.fr/contact/

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?