VOLUMES EN BAISSE, VALEUR QUI S'EFFRITE

La Chine ne sauve plus les résultats de la France

Un article paru ces derniers jours dans la presse professionnelle viticole, résumait ainsi la situation de la France à l’export : “de moins en moins mais de mieux en mieux”.

Cet adage qui se veut souvent positif (la France championne du monde de la valeur), masque de plus en plus mal une situation que ne cesse de se dégrader : sur le début de la nouvelle campagne, les données sont très mauvaises ; volumes en retrait de 11% et chiffre d’affaire qui s’érode de 1%.

A force de vendre moins et de compenser par la hausse de ses prix, la France va-t-elle finir par ne plus rien vendre du tout ? Pour en être provocante, cette interrogation s’axe néanmoins sur des exemples qui sont dérangeants.

Ainsi, à peine la Chine, sauveur des exportations françaises depuis une décennie, fait tomber ses droits de douanes pour le Chili et l’Australie que les ventes de vins français s’effondrent (-42% en volume, -12% en valeur sur 12 mois glissants).

Le Japon, comme un symbole

En 10 ans (2008-18) alors que le marché connaissait le 3ème boom de son histoire, la France a vu sa prééminence mise en cause par le Chili. Les raisons ?

Essentiellement des performances logistiques bien supérieures (stockage, transport, contrôle et maîtrise de la température) ; les Japonnais ne tolèrent aucune erreur sur ces aspects sanitaires.

Mais plus inquiétant, les tendances du marché (bio, vins simples ou naturels) ne sont pas associées à la France (vins de luxe, chics et complexes).

Quelle(s) solution(s) ?

Il paraît impossible que cet état de fait n’interpelle pas plus les filières ; sans réaction depuis plus de 15 ans face à la baisse des parts de marché volumiques, peuvent-elles prendre le risque d’un immobilisme qui semble aujourd’hui saper aussi ses revenus ?

Les alternatives existent, les exemples internationaux aussi . Pourquoi alors, ne pas mobiliser les moyens considérables dont dispose la France pour se centrer sur deux objectifs : l’inscrire dans une transition écologique massive ; lui redonner une image commerciale opérationnelle et dynamique.

A vous d’en débattre, de proposer d’autres voies.

                 

0 Commentaires

Laisser une réponse

https://fr.linkedin.com/in/fabrice-chaudier-1ab68048
https://twitter.com/fabricechaudier
https://www.facebook.com/people/Fabrice-Chaudier/1221544866
https://fabricechaudier.fr/contact/

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?